Incendie Canada réchauffement climatique

Canicule au Canada, famine à Madagascar … les conséquences du réchauffement climatique sont déjà là !

Il y a quelques jours, on vous présentait le projet de rapport du GIEC, qui dessinait un futur catastrophique pour l’environnement et les écosystèmes si l’on ne réduisait pas rapidement le réchauffement climatique. Depuis, les températures historiques atteintes au Canada font écho aux prédictions de ce rapport. L’ONU a aussi récemment alerté sur la situation à Madagascar, où aurait lieu la première famine liée au réchauffement climatique. En parallèle de ces événements, le Haut Conseil pour le Climat reproche à la France son retard sur ses objectifs de réduction de CO2, et le premier ministre a finalement rejeté le projet de loi visant à intégrer la protection de l’environnement dans la Constitution

On revient sur ces actualités qui illustrent la période charnière pour notre avenir que l’on traverse aujourd’hui.

Canicule au Canada : quel rôle pour le réchauffement climatique ?

Les températures au Canada approchent les 50°C, niveau historique pour cette région connue pour son climat plutôt frais. Cette canicule est déjà meurtrière : au moins 700 morts sont attribués à la chaleur et le village de Lytton a presque été rayé de la carte par des incendies. 

Comment s’explique cette canicule ? 

C’est un “dôme de chaleur” englobant le Nord Ouest Américain (Canada et États-Unis) qui est à l’origine de ces températures. L’expression “dôme de chaleur” correspond à un phénomène météorologique où un flux d’air stagne autour d’une même zone, ce qui mène à des températures de plus en plus chaudes et persistantes. Au Canada, ce dôme est notamment dû aux fluctuations du courant-jet polaire, qui sépare la zone polaire de la zone subtropicale de l’hémisphère nord. Un courant-jet est un flux d’air rapide et confiné : plus sa trajectoire est ondulée, plus les températures qui l’accompagnent vont stagner autour d’une même zone. C’est ce qu’il se passe dans notre cas.

Le courant jet polaire et son lien avec le réchauffement climatique
source : NASA

Le rôle du réchauffement climatique 

Mais alors quel est le rôle du réchauffement climatique ? Ici, le réchauffement climatique n’est pas déclencheur, mais plutôt amplificateur du phénomène météorologique. En effet, il est normal qu’en été, le jet polaire soit plus ondulé que le reste de l’année et augmente donc les chances de voir les flux d’air chaud stagner. 

En revanche, le phénomène observé actuellement est historique, et le réchauffement climatique y est pour quelque chose : celui-ci affaiblit le courant jet, ce qui augmente l’amplitude de ses ondulations (plus qu’à la normale), et entraîne une plus longue stagnation de la chaleur ce qui conduit à des températures extrêmes.

Ces températures témoignent donc d’un phénomène naturel “normal” mais exacerbé par le réchauffement climatique. Il faut se préparer à la persistance et à l’augmentation de ce genre d’évènements, et la France (et toute l’Europe) n’est pas à l’abri. La canicule française de 2003 était d’ailleurs déjà le résultat d’un tel phénomène , et peut donc se reproduire, avec l’effet amplificateur que l’on connaît maintenant.

Famine à Madagascar : une première selon l’ONU

Tandis que la presse et les médias sont tournés vers la canicule canadienne, Madagascar subit elle une famine désastreuse, mais qui suscite beaucoup moins de réactions de la part des médias et de l’opinion publique malgré son ampleur. Pourtant, en plus d’être une importante crise humanitaire, cette situation serait aussi exceptionnelle selon l’ONU.

Quelle est la situation à Madagascar ? 

Depuis 2019, la sécheresse, auparavant épisodique, s’est installée durablement dans le sud de Madagascar. Cette situation climatique a mené à la destruction de la quasi-totalité des cultures, et les populations font face à une famine qui ne fait que s’empirer. Elles se trouvent réduites à se nourrir de racines, de criquets et de boue ou encore de cuir tanné et d’argile, ce qui ne leur donne aucun apport nutritif. Plus d’un million de personnes sont concernées par ce manque de nourriture, dont 14 000 subissent déjà le stade le plus élevé (stade 5) de la crise alimentaire. Les plus fragiles sont souvent les enfants et les personnes âgées. 

Petite fille malgache qui se nourrit d'argile blanche. La famine conséquence du réchauffement climatique
© AFP/Archives/RIJASOLO

L’ONU avait déjà alerté sur cette situation il y a plus d’un mois, et le 3 juillet dernier, c’est le patron du Programme Alimentaire Mondial (PAM), David Beasley, qui a mis en avant cette catastrophe dans un tweet où il décrit une situation d’horreur dans l’objectif d’une prise de conscience de l’opinion public. 

J’ai rencontré des mères qui avaient perdu leur enfant. Des enfants qui avaient perdu leur mère. La pire sécheresse depuis 40 ans est en train de dévaster la vie de familles entières dans le sud de Madagascar, où 400 000 personnes sont au bord de la famille. VOICI le visage de la crise climatique.

Le PAM travaille en étroite collaboration avec le gouvernement malgache qui manque de moyens pour faire face à cette crise. De par la sous médiatisation de cette catastrophe humanitaire, l’organisme a du mal à récolter les 74 millions de dollars nécessaires pour gérer la situation ces 6 prochains mois. De plus, le Covid 19 et les mesures restrictives qu’il entraîne, rendent l’accès à l’île difficile pour les associations d’aide. L’éloignement géographique des populations concernées et le mauvais état des infrastructures routières représentent aussi des contraintes logistiques.

Une première pour le réchauffement climatique

Ce que l’ONU souligne surtout, c’est qu’il s’agirait de la première famine à être causée par le réchauffement climatique. On observe une situation sans conflit, où le seul responsable est en fait le climat, qui empêche la culture de la terre. L’injustice de la crise climatique est qu’en tant que phénomène global, elle peut toucher toutes les régions sans distinction. Aujourd’hui, Madagascar subit les conséquences d’actions qui ne sont pas les siennes, mais celles des pays les plus riches et polluants.

Dans l’immédiat, les aides doivent apporter suffisamment de nourriture à la population pour qu’elle survive. Mais sur le plus long terme, les projets de développement seront centrés sur la nécessité d’installer des formes de cultures adaptées aux effets du changement climatique et moins consommatrices d’eau.

Encore une fois, cette situation semble exposer les prémices des prévisions choc du rapport du GIEC qui annonce l’accroissement des pertes dans la production alimentaire et dont la principale cause sera les aléas climatiques.

Le sud de Madagascar n’est pas un cas isolé : d’autres pays sont aussi confrontés à des crises alimentaires graves comme l’Éthiopie, le Soudan ou encore le Yémen. La situation est aussi préoccupante au Nigéria et au Burkina Faso.

Pendant ce temps là en France …

L’action politique entreprise en France en faveur de l’environnement contraste avec ces catastrophes climatiques.

Le Haut Conseil pour le Climat reproche à la France des efforts insuffisants 

En 2012, la France s’était engagée à réduire d’ici 2030 ses émissions de CO2 de 40% par rapport à 1990, mais l’Union européenne a finalement adopté en avril dernier, un objectif de 55% de réduction. 

manifestation réchauffement climatique
© AFP/LOIC VENANCE

Le Haut Conseil pour le Climat (HCC) reproche au pays des efforts insuffisants : selon l’institution, les objectifs des 40% de réduction ne seront pas atteints et le pays accumule donc du retard par rapport aux nouvelles ambitions de l’UE. Plus particulièrement, elle met en avant la fragilisation des forêts françaises et le manque de politiques publiques pro-environnementales. A cause de ce retard, la France doit alors augmenter son rythme de réduction annuelle de ses émissions. En revanche, le HCC souligne aussi que le plan de relance post-Covid est plutôt positif, avec un tiers du budget destiné à la transition écologique.

Dans ce contexte, le Conseil d’Etat a réagi : il donne au gouvernement jusqu’au 31 mars 2022 pour renforcer sa politique climatique sous menace de sanction. Le gouvernement a déjà dû payer, sous injonction du Conseil d’Etat, 5000 € à la ville de Grande Synthe pour ne pas avoir été convaincant dans leur démarche de réduire leurs émissions.

Rejet du projet de loi pour inclure la protection de l’environnement dans la Constitution

Autre nouvelle dans l’hexagone : le premier ministre a anoncé l’abandon du projet de loi visant à inscrire dans la Constitution la préservation de l’environnement et la lutte contre le dérèglement climatique. C’était l’une des 149 propositions faites par la convention citoyenne pour le climat, et donc une promesse du président de la République.

Convention citoyenne pour le climat 
réchauffement climatique
© POOL/AFP/Thibault Camus

Plus exactement, la proposition était d’inclure à l’article 1er de la Constitution que la France “garantit la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et lutte contre le dérèglement climatique”. Ce lundi, le Sénat la rejette pour la seconde fois : il ne s’est pas accordé avec l’assemblée nationale sur l’utilisation du terme “garantir”, jugé trop fort et sous-entendant selon les sénateurs, une quasi-obligation de résultats. Cette mésentente entre les deux chambres a entrainé le premier ministre à mettre un terme à la révision constitutionnelle.

Que retenir de ces actualités ? 

De plus en plus, les conséquences du réchauffement climatique deviennent visibles, et on ne peut plus les ignorer. Chaque été, les températures battent des niveaux records, causant parfois incendies et morts prématurées. Actuellement une famine sans précédent a lieu, dans la quasi-indifférence internationale. Parallèlement à ces événements, le cas français nous montre qu’il reste encore du chemin avant de voir des réactions à la hauteur de ces catastrophes climatiques qui émergent aux quatre coins du monde.

Face aux enjeux environnementaux, nous sommes actuellement à un tournant, où il nous faut prendre les bonnes décisions. Malgré des débats se retrouvant parfois dans une impasse, la question de la transition écologique prend de plus en plus de place dans la politique, et il faut ainsi continuer à lutter dans ce sens.

Foire aux questions

Réchauffement climatique dans le monde …

Que se passe-t-il au Canada ?

Le Canada traverse une canicule historique, où les températures on presque atteint les 50°C ce qui à entrainé une surmortalité et de nombreux incendies. En cause, un “dôme de chaleur”, phénomène météorologique relativement commun en été dans cette zone.

Que se passe-t-il à Madagascar ?

Une famine dévastatrice a lieu sur l’île : depuis 2019, la région connait l’une des pire et des plus longues sécheresse de son histoire. Cet aléa climatique a mené à une quasi-totale destruction des cultures et la population survit dans des conditions catastrophiques. Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) est venu en aide, mais manque de moyen financier et fait face à des difficultés logistiques. Malgré son ampleur, cette crise suscite peu de réaction de la part de l’opinion public et des médias.

Quel est l’impact du réchauffement climatique ?

Dans le cas du Canada, le réchauffement climatique joue seulement le rôle d’amplificateur d’un phénomène météorologique commun. Il entraine des chaleur plus importantes et d’une durée plus longue qu’à la normale.
En revanche, la crise climatique est la première responsable de la crise alimentaire à Madagascar : c’est la sécheresse, directement liée au phénomène global du réchauffement climatique qui a causé l’impossibilité de cultiver les terres.

Et en France

Que fait la France pour lutter contre le réchauffement climatique ?

Bien que la France se soit engagée à réduire de 55% ses émissions de CO2 d’ici 2030 (par rapport au niveau de 1990), elle accumule beaucoup de retard. Le Haut Conseil pour le Climat (HCC) l’a épinglé pour ses efforts jugés insuffisants et laisse 9 mois au gouvernement pour prouver que les objectifs pourront être tenus. Parallèlement, le projet de loi visant à intégrer la protection de l’environnement dans la constitution a été abandonné. Il s’agissant d’une des propositions faites par la convention citoyenne sur le climat, et donc une promesse du président de la République.

Sources
https://www.leparisien.fr/societe/479c-au-canada-461c-aux-etats-unis-5-minutes-pour-comprendre-le-phenomene-du-dome-de-chaleur-29-06-2021-DTJQBSWUAZE6PKOWFGDZ6FIATE.php
https://www.huffingtonpost.fr/entry/canada-au-moins-700-morts-lies-a-la-canicule-et-plus-de-150-feux-en-cours_fr_60e03ae7e4b0e01b6b1e8f5c
https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/climat-5-questions-sur-le-dome-de-chaleur-qui-etouffe-lamerique-du-nord-1328053
https://www.youtube.com/watch?v=T7QTbgBEGA0 
https://www.france24.com/fr/émissions/journal-de-l-afrique/20210514-famine-à-madagascar-1-5-million-de-personnes-ont-besoin-d-une-aide-d-urgence
https://www.france24.com/fr/afrique/20210706-à-madagascar-une-crise-alimentaire-causée-par-des-phénomènes-climatiques-exceptionnels
https://news.un.org/fr/story/2021/04/1094982
https://news.un.org/fr/story/2021/06/1098682
https://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/climat-les-efforts-de-la-france-toujours-insuffisants-pour-atteindre-ses-objectifs-de-2030-juge-le-haut-conseil-pour-le-climat_4683505.html
https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/01/climat-le-conseil-d-etat-donne-neuf-mois-au-gouvernement-pour-inflechir-sa-politique_6086499_3244.html
https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/dereglement_climat_-_engagements_France_dates_access_cle07bd96.pdf
https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/07/06/l-executif-renonce-a-reviser-la-constitution-pour-y-inscrire-la-preservation-de-l-environnement-et-a-son-adoption-par-referendum_6087233_823448.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *