Pollution domestique

Attention à la pollution domestique !

Quand on pense à la pollution, on imagine surtout la fumée sortant des voitures sur l’autoroute, où celle rejetée par une grosse usine. On pense peu à celle que l’on trouve chez nous, à l’intérieur de nos maisons et appartements. Pourtant, plus discrète, celle-ci est aussi plus nocive et peut avoir de graves effets sur notre santé. Humidité, allergènes, composés organiques volatiles, particules fines … On vous parle du problème de la pollution domestique et des solutions pour l’éviter ! 

Qu’appelle-t-on pollution domestique ? 

Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas l’air extérieur qui est le plus pollué, mais bien celui à l’intérieur où la pollution peut être jusqu’à 15 fois plus concentrée. C’est pourquoi il est important d’en parler, et d’apprendre à gérer ce phénomène. On peut différencier trois types de pollution domestique

  • La pollution biologique, c’est-à-dire le pollen, l’humidité et les moisissures ou encore les bactéries et les virus.
  • La pollution physique qui comprend la poussière et les particules fines. Ces dernières sont le résultat de combustions à l’intérieur de l’habitation mais proviennent aussi de l’air extérieur pollué.
  • Et enfin, la pollution chimique, résultant de l’usage de produits d’entretien ou de décoration (par exemple peinture, vernis du bois, produits ménagers, sprays désodorisants…). 
origine de la pollution domestique

Plus particulièrement, ce sont les composés organiques volatiles (COV) qui sont majoritairement responsables de la pollution domestique. Ceux-ci peuvent être rejetés lors des combustions ou par les produits chimiques présents dans l’habitation. Le formaldéhyde est le COV le plus fréquent dans nos habitations.

Quel est le danger ? 

Dangerosité des polluants

La pollution domestique a des effets différents et plus ou moins graves sur la santé selon son origine.

La dangerosité de la pollution dépend à la fois de sa nature mais aussi de sa capacité à intégrer notre organisme. On mesure la taille des particules de pollution en micron (1 micron = 0,001 mm). Plus les polluants sont petits, plus ils vont pouvoir s’infiltrer facilement, dans les poumons et dans le sang.

Le pollen et les allergènes mesurent à peu près 40 microns : on ne les considère pas comme dangereux mais ils ont tout de même des effets sur notre bien-être. Ils peuvent notamment être à l’origine d’asthme, de rhinites et de conjonctivites.

On considère les particules de polluants dangereuses lorsqu’elles sont inférieures à 10 microns. Lorsqu’ils sont émis, les COV peuvent se propager en petites particules. Certains COV sont dangereux : le formaldéhyde entraîne l’irritation des voies respiratoires et peut participer au développement de cancers. 

On nomme une particule “fine” lorsqu’elle est inférieure à 2,5 microns. Les plus nocives sont celles émises lors d’une combustion car composées d’hydrocarbures, c’est d’ailleurs celle qu’on retrouve à l’extérieur, générées par les moteurs des voitures et l’industrie. À la fois les plus petites, et les plus mauvaises par nature, elles accroissent fortement le risque d’AVC et de cancers.

Pollution domestique en France

Dans son rapport sur le coût socio-économique de la qualité de l’air intérieur, l’observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) a estimé à 20 000 le nombre de morts liés à la pollution de l’intérieur en France, dont les particules sont responsables de 16 000. Ces dernières seraient aussi à l’origine de près de 10 000 nouvelles maladies cardio-vasculaire et près de 2500 nouveaux cas de cancer des poumons.

conséquences de la pollution domestique

Selon l’Afsset la quantité de formaldéhyde doit être inférieure au seuil de 10 µg/m3 sur le long terme afin d’empêcher les risques de maladies. Une autre étude de l’OQAI a montré que 100% des logements français contiennent du formaldéhyde : en moyenne cette concentration est de 19,6 µg/m3 ce qui est supérieur à la valeur recommandée.

La pollution intérieure est peu visible, et ses symptômes peuvent ne pas sembler liés à celle-ci, et c’est pourquoi il est nécessaire de connaître son origine et de la combattre.

Comment combattre la pollution ? 

Limiter la pollution domestique 

  • Optez pour des produits plus naturels

Il faut bien regarder les étiquettes des produits que l’on achète, vérifier la présence et la quantité de COV. La réglementation française impose que soit indiqué le niveau de COV émis (avec une notation allant de A+ à C) par les produits de construction ou de revêtements de parois (amenés à être utilisés à l’intérieur des locaux). Cette information est donc obligatoire pour les cloisons, revêtements de sols, isolants, peintures, vernis, colles, adhésifs, etc. lorsqu’ils sont prévus pour un usage intérieur.

étiquetage pollution domestique
  • Limitez les combustions 

Il est aussi important de limiter au maximum les combustions au sein de l’habitat. Les bougies ça sent bon mais ce n’est pas nécessaire ! À ce sujet, les bougies sont très polluantes : elles émettent plusieurs microgrammes de formaldéhyde, mais aussi d’autres COV comme l’acétaldéhyde et le toluène. Les encens sont encore plus polluants, émettant plus de substances et en plus grande quantité. Donc si vous voulez à tout prix créer une ambiance cocooning on vous conseille d’opter pour des modèles moins toxiques. Il existe des bougies conçue en cire d’abeilles, moins nocives pour notre santé et l’environnement ! 

  • Choisissez des meubles moins transformés

Pour les meubles, il n’existe pas d’étiquetage pour informer de la pollution qu’ils peuvent engendrer. Il faut être prudent lorsque l’on achète des meubles neufs, vernis ou peints. Il est donc préférable de choisir les matériaux les moins transformés possible, comme du bois massif par exemple.

De manière plus générale, pour chaque choix que vous faites dans votre habitation, il faut systématiquement essayer de  limiter la toxicité de tous les produits que vous utilisez. 

Se débarrasser de la pollution domestique 

De manière naturelle

  • Mettez-vous au vert !

    Certaines plantes, en plus de décorer votre intérieur, ont aussi la vertu de réduire la pollution domestique. C’est le principe de bioépuration. En plus d’absorber du dioxyde de carbone et rejeter de l’oxygène, les plantes sont aussi capables d’absorber les COV ! Par exemple, l’aloe vera est réputé pour sa capacité à retenir le monoxyde de carbone et le formaldéhyde. Le cactus, l’azalée et la fougère de Boston sont aussi connus pour leur action dépolluante. À noter qu’il faut beaucoup de ces plantes pour qu’elles fassent effet.
Plante bioépuration

Grâce à des appareils spécifiques

  • Investissez dans des appareils de traitement d’air.

    Il existe des appareils dont l’usage permet d’améliorer l’air intérieur. Les déshumidificateurs peuvent aider si l’humidité et les moisissures sont des problèmes dans votre habitation.
    Sinon, les purificateurs d’air ont pour but de combattre la pollution : le mieux est de les placer proche des objets polluants. Ils fonctionnent le plus souvent par filtration. Leur effet est controversé, mais des tests ont montré leur efficacité notamment pour les polluants relativement larges comme le pollen ou le tabac. En revanche pour le formaldéhyde par exemple, les effets sont amoindris : en 1h l’appareil réussit (enfin) à éliminer les polluants présents dans la pièce : ce même effet peut être obtenu en moins de temps, simplement en aérant. 

    Les purificateurs d’air sont donc utiles mais dans une certaine mesure seulement : pour la poussière, le tabac et le pollen, ils peuvent permettre de s’en débarrasser efficacement. Pour le reste, l’aération et la séparation seront préférées.

Que doit-on en retenir ? 

Le plus important, c’est d’être conscient que cette pollution dont on parle peu, plus discrète que celle des voitures et des usines, existe bel et bien et qu’elle peut être très nocive. Plusieurs solutions existent pour s’en protéger : la réduction de l’usage de produits émetteurs, l’aération, la bioépuration mais aussi des appareils épurateurs.  

Si vous voulez nous partager votre expérience à ce sujet, n’hésitez pas à le faire en commentaire ! 

Foire aux questions

Qu’est-ce-que la pollution domestique ?

La pollution domestique c’est la pollution de l’air intérieur. Il existe 3 types de pollutions : biologique, physique et chimique. Les produits chimiques ménagers ou décoration et les combustion au sein de l’habitation en sont majoritairement à l’origine.

Quels en sont les dangers ?

Les dangers peuvent varier selon la nature et la taille des particules de pollution. En effet, plus les particules sont petites plus elles vont facilement intégrer notre organisme. Les particules de formaldéhyde et les hydrocarbures sont particulièrement dangereuses pour la santé. Elles ont des effets sur nos voies respiratoires et accroissent les risques de cancer.

Quelle est la situation en France ?

Selon l’étude de l’OQAI (Observatoire de la qualité de l’air intérieur), les logements en France ont un taux de formaldéhyde supérieur à la quantité recommandée. De plus, la pollution de l’air intérieur serait responsable de 20 000 décès par an.

Comment lutter contre la pollution domestique ?

Il existe différents moyens de s’en protéger. Tout d’abord, l’aération du logement est primordiale. Il existe aussi des plantes capables d’absorber les COV (Composés Organiques Volatiles) : la méthode de la bioépuration consiste à en répartir suffisamment dans votre habitation. Enfin, on peut investir dans des appareils de traitement de l’air, comme les déshumidificateurs ou les purificateurs d’air.

Sources 
https://www.oqai.fr/fr/pollutions/les-allergenes
https://www.lesnumeriques.com/purificateur-air/purificateurs-air-peut-on-y-fier-a2809.html
https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/pollution-pollution-domestique-eviter-4107/
https://bio-green.net/6632427-5-plants-that-reduce-domestic-pollution
https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/developpement-durable-pollution-atmospherique-40/page/9/
https://www.oqai.fr/fr/campagnes/cout-socio-economique-de-la-pollution-de-l-air-interieur
https://www.oqai.fr/fr/pollutions/etudier-la-pollution-interieure-dans-les-differents-lieux-de-vie
https://www.anses.fr/fr/system/files/AIR2004etVG002Ra.pdf
https://www.transitionsenergies.com/pollution-air-particules-fines-les-plus-dangereuses/
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Guide_INPES_Pollution_de_l_air_interieur.pdf
https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/exposition-pollluants-bougies-encens-environnements-interieurs_2017_synthese.pdf
https://www.oqai.fr/fr/pollutions/ameliorer-la-qualite-de-l-air-interieur
https://www.thegoodgoods.fr/maison/bougies-ecologiques-pour-interieur-clean/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *